Plaidoyer pour les restes d'un vieux château



La seigneurie de Tréfaven, qui signifierait les trois fayards (trois hêtres), appartenait au moyen âge à l’ensemble administratif du Kemenet Heboé. Cet ensemble fut démembré par le duc de Bretagne en 1288 pour former trois fiefs : La Rochemoisan, Pontcallec et Léon-Tréfaven.

Ce dernier fut la possession des seigneurs de Léon.

Hervé V de Léon, décédé en 1306, est en effet, seigneur de Léon et de Tréfaven. Il y existait vraisemblablement un castel qui était le siège de la juridiction de Léon laquelle persista jusqu’au XVIII° siècle.

Elle entra dans la famille de Rohan à la suite du mariage d’une Jeanne de Léon avec Jean I de Rohan. A sa mort en 1396, ce dernier est dit vicomte de Léon et de Tréfaven. Un de ses descendants Louis II, (1457-1508) construisit la collégiale de Guéméné et fortifia le château de Tréfaven.
Plan château Tréfaven
Plan de Langlade - 1719

Ce château était chargé d’assurer la sécurité et la surveillance des bateaux remontants le Scorff. Il fut donné en fief à différents membres de la famille de Rohan (évêque, cadet). La famille le loua, en 1730, à la Compagnie des Indes pour en faire un dépôt de poudre. Il a accueilli les partants pour l’Amérique, les bagnards. A cette époque, y eurent lieu plusieurs révoltes. Après la faillite de la Compagnie, la Marine en repris la location.

Croquis

Au moment de la faillite vers 1780 du prince de Guéméné, il fit partie de l’ensemble acquis par le roi Louis XVI. Devenu possession de la Marine royale, il redevint poudrière jusqu’à nos jours.

Au cours des siècles, il a subi des transformations, des mutilations, malgré tout, il reste l’un des rares vestiges des XVI° - XVII° siècles subsistant dans la région lorientaise.

En raison de son ancienneté,
antérieur à la création de Lorient,
il est nécessaire de le conserver dans le patrimoine de la région.