L'abbé le veux
(1806 - 1868)
Un curé de Port-Louis bâtisseur
Le Veux


Joseph Marie Le Veux naquit le 30 avril 1806, à l'lle d'Arz.

Il entra au séminaire en octobre 1826 et fut diacre le 20 septembre1828. Le 13 juin 1829, Mgr de la Motte lui conférait le sacerdoce.

Le 19 juin 1829, il est nommé vicaire à Surzur. En 1832, il rejoint Saint Gildas de Rhuis.

A la rentrée de 1833, il est professeur au séminaire de Vannes. Après neuf ans d'enseignement, il est nommé à Saint-Gildas en qualité de recteur.

En vertu de la loi du 15 mars 1850, il fut choisi par le Conseil Académique du Morbihan comme délégué cantonal pour la surveillance de l'enseignement primaire.





Le 18 janvier 1845 il est nommé curé de Port-Louis.

Sa première pensée fut pour les misérables : jusqu'ici, ils ont vécu de mendicité et ce mode de charité n'atteint pas toujours les plus malheureux ; il s'agit donc de répartir les ressources. Il étudie la question avec la Supérieure du Bureau de Charité de Vannes. Aussi, à la séance du mois d'août, le conseil municipal peut-il étudier un rapport très détaillé de M. le Curé. On s'arrête à un projet entre la Charité et le Bureau de Bienfaisance. Les fonds sont constitués par les offrandes des particuliers et des subventions de la Commune et du Département. Une sœur de la Sagesse est chargée de la répartition sous le contrôle d'un conseil d'administration, composé du maire et de cinq membres dont le curé fait partie de droit.

En même temps, M. Le Veux reprend le projet des réparations de l'église. Dès les gros travaux terminés, il s'occupe de l'ameublement :
  • 1846 : le grand ostensoir de vermeil, la balustrade du sanctuaire,
  • 1847 : la chaire, un Thabor pour l'exposition du Saint-Sacrement,
  • 1850 : un encensoir d'argent,
  • 1865 : les grandes orgues puis une quantité d'ornements, les autels, la plus grande partie des boiserie
Le toit de l'église n'étant pas relevé par une flèche M. Le Veux obtient, au nom du Conseil de Fabrique, l'unanimité du conseil municipal pour l'acquisition du terrain nécessaire à la construction d'une tour à la façade de l'église sur la place publique. La première pierre est bénite le 24 avril 1851 et la tour le 1er décembre 1852. M. Le Veux, sans recevoir aucun secours de la ville, trouve le moyen de tout payer avant la fin de mai 1855.


La commune se charge d'acheter l'horloge à double sonnerie. On installe la petite cloche datée de 1821 et l'on en commande deux autres à l'établissement des Frères de Lamennais. L'une est datée de 1857, l'autre de 1864.


La chapelle Saint - Pierre, déjà reconstruite en 1553, tombe en ruines.
Il décide de la reconstruire.
Le conseil municipal est favorable à cette demande.
La première pierre est bénite le 31 juillet 1859.
Chapelle St-Pierre

Le 3 mai 1862, Mgr Dubreil nomme l'Abbé Le Veux chanoine honoraire de sa cathédrale en lui remettant publiquement le brevet.

Le 31 janvier 1868, M. Le Veux âgé de soixante deux ans, fut frappé d'apoplexie. L'agonie fut longue, le malade rendit l'âme le lundi gras 24 février vers cinq heures du soir. Le jour des funérailles une foule immense était accourue des paroisses voisines. Plus de quarante prêtres assistaient au convoi.

Stèle de l'abbé le Veux