Le temps des romains : cinq premiers siècles de notre ère



La défaite des Vénètes en 56 avant J.C., puis celle de Vercingétorix à Alésia en 52 avant J.C., font passer l'Armorique puis la Gaule toute entière sous la domination romaine. Cette occupation durera cinq siècles.
L'administration romaine se plaque sur les structures existantes, en respectant l'individualisme (et les rivalités) des différents clans mais elle centralise la politique générale par la romanisation des notables gaulois.
Ainsi, dans notre région, se constitue, dans les limites géographiques de la tribu des Vénètes, une civitas dont Darioritum (Vannes) est la capitale. Cette civitas est elle-même subdivisée en plusieurs pagi ayant chacun un vicus, bourgade préexistante, comme chef-lieu.


Que devient notre bourgade maritime?
Les spécialistes pensent qu'elle correspond au Vindana Portus, cité par Claude Ptolémée, géographe d'Alexandrie au IIè siècle après J.C. Mais il n'est pas impossible qu'elle corresponde également au Blabia ou Blavia, signalé dans la Notice des Dignités de l'Empire, au IIIè siècle.

zoom sur image jpg 57 KoL'occupation romaine a favorisé le développement du réseau routier. A partir du grand axe méridional allant de Portus Namnetum (Nantes) à Civitas Aquilonia (Quimper), a été aménagée une extension vers Blabia. Se détachant de Landévant, cette voie passait par Nostang, Merlevenez et atteignait Riantec en s'infléchissant au sud de la route actuelle.

Elle pénétrait probablement dans Blabia par la rue de la Fouesnardière, la rue de Locmalo et gagnait le Driasker, sans doute par l'actuelle rue de l'Entente Cordiale. Jusqu'au début du XVIIè siècle, cet accès portait le nom de Grand Chemin, nom fréquemment attribué aux voies romaines ou tout au moins aux voies antiques.


statue gallo-romaine
Déesse-mère gallo-romaine
de Locmalo
musée de Bretagne
Rennes



Des découvertes archéologiques ont confirmé la présence romaine au Port-Louis :
- vers 1840, découverte de monnaies antiques dans la ville.
- en 1853, exhumation à Locmalo d'une statuette en terre cuite de déesse-mère actuellement exposée au musée de Bretagne à Rennes.
- en 1863, l'arasement de la butte artificielle de Pen-Run a mis à jour des poteries fines mais surtout les vestiges d'un établissement romain (L.Rosenweig). Malheureusement, les fouilles systématiques demandées n'ont pas été entreprises.









Spécialités gallo-romaines - recettes

DULCIA (douceurs)

ingrédients : 1/2 litre de lait, 200 gr. de semoule fine, huile, miel, poivre.

Verser le lait et la semoule dans une casserole et battre vivement pour éviter les grumeaux. Faire cuire à feu doux, sans cesser de remuer. Etaler cette pâte collante sur un plat huilé et laisser refroidir. Découper des carrés et des losanges, et les faire frire dans de l'huile. Lorsqu'ils sont dorés, faire couler du miel chauffé pour le rendre liquide, dessus et ajouter quelques tours de moulin à poivre.


déesse gallo-romaine
Déesse gallo-romaine
musée Vannes
GLOBI (boulettes)
ingrédients : 1 volume de semoule fine, 1 volume de fromage blanc,

huile, miel, graines de sésame.

Mélanger le fromage et la semoule pour obtenir une pâte. Laisser reposer une heure. Ajouter une peu d'eau si elle est trop dure. Chauffer l'huile, et faire des boulettes de la grosseur d'une noix que l'on laisse tomber dans la friture. Laisser dorer, égoutter et déposer sur du papier absorbant. Pour déguster rouler les boulettes dans du miel chauffé pour le liquéfier et saupoudrer de graines de sésame.


MORETUM (fromage)
ingrédients : fromage sec de chèvre ou de brebis, ail, céleri, coriandre, vinaigre, huile d'olive, nuoc-mam (pour remplacer le garum).

Ecraser soigneusement dans un mortier les herbes, l'ail et le fromage. Ajouter en remuant un filet d'huile, un peu de vinaigre et du nuoc-mam selon votre goût. On obtient une pâte très relevée à tartiner en fine couche sur du pain.


D'après "La cuisine romaine antique", Nicole Blanc, Arme Nercessian, éd. Glénat

civitas : unité administrative et politique
pagi : pluriel de pagus pays, subdivision de la civitas