17ème siècle : la naissance de Port-Louis


Louis XIII
Louis XIII
Bordonoveg, Pygmalion - G.Watelet 81
Au XVIème siècle, Blavet s'était développé dans la lenteur appliquée des besognes quotidiennes, en dépit des déboires de l'occupation et des guerres civiles.
Au XVIIème siècle, le Port-Louis va naître d'un bouleversement politique et de la volonté d'un monarque. Avec bonhomie mais autorité, Henri IV avait désarmé les oppositions et centralisé progressivement le pouvoir tandis que Sully reconstituait les finances. Les querelles s'apaisaient.

En 1610, l'assassinat de Henri IV remit tout en question. Son fils légitime Louis XIII avait neuf ans et la régence fut assurée par Marie de Médicis, sa mère. Il n'en fallait pas davantage pour que les vieilles rancunes et les ambitions personnelles réapparaissent. Au premier rang des "Grands" en révolte, les deux fils de Henri IV et de Gabrielle d'Estrées, César duc de Vendôme et Alexandre chevalier de Vendôme. En 1614, César se retrancha dans ce qu'il restait de la citadelle de Blavet et organisa la résistance. La poursuite des intrigues des deux frères amena Marie de Médicis à les faire incarcérer à Vincennes, en 1616.

En mai 1617, excédé d'être tenu à l'écart de son propre trône, Louis XIII exila sa mère au Château de Blois :
"Madame, je viens ici pour vous dire adieu et vous assurer que j'aurai soin de vous comme de ma mère. J'ai désiré de vous soulager de la peine que vous preniez en mes affaires; il est temps que vous vous reposiez et que je m'en mêle : c'est ma résolution de ne souffrir plus qu'autre que moi commande en mon royaume. "

Le 17 juillet 1618, il ordonnait de reconstruire la citadelle de Blavet, de fortifier la ville qui désormais s'appellerait le "Port-Louis".

charles II de Cossé

Charles II de Cossé, duc de Brissac, maréchal de France
Neptunia n°66
Secondé par Richelieu, Louis XIII donnait l'impulsion à l'intégration de la ville dans le dispositif défensif du royaume. De 1617 à 1621, sous le gouvernement de François de Cossé-Brissac, la citadelle dont il ne subsistait plus que le donjon et deux bastions, était relevée et aménagée en son état actuel. En 1636, Richelieu faisait construire la demi-lune. Mais il préféra Brest à Port-Louis pour siège d'un arsenal. Après la mort de Richelieu et celle de Louis XIII et malgré la Fronde, le duc de la Meilleraye poursuivit l'édification des remparts de 1649 à 1653. En 1656, il posa la première pierre du couvent des Récollets et fit construire l'église Notre-Dame en 1657.

Port-Louis devint communauté de ville et députa aux Etats de Bretagne.


Port-Louis, à l'heure des Indes

Dès 1654, le duc de la Meilleraye avait fondé la Compagnie de Madagascar, devenue Compagnie des Indes Orientales, en 1664, sous l'impulsion de Colbert. D'autres Compagnies, du Sénégal, de la Chine et de la Mer du Sud, commerçant avec l'Amérique comme avec l'Asie, s'installeront au Port-Louis avant d'être regroupées en 1719 dans la Nouvelle Compagnie des Indes.

Fronton d'une maison
de "bourgeois de navire"
appelés ainsi lorsqu'ils avaient acquis la propriété de leur bâtiment
Le musée de la Compagnie des Indes dans la citadelle du Port-Louis en présente l'histoire. En 1666, sous le gouvernement du duc de Mazarin, les chantiers navals de la Compagnie des Indes s'installèrent à l'embouchure du Scorff, donnant naissance à la ville de l'Orient.


Port-Louis à l'heure de la Marine

Port-Louis demeure une ville résidentielle pour les directeurs et les capitaines de la Compagnie des Indes et, en 1690, elle devient chef-lieu d'un département maritime de la Marine Royale et le siège d'un hôpital militaire.

Les guerres que Louis XIV mène contre la Hollande, l'Angleterre et l'Espagne contribuent à ruiner la Compagnie des Indes, mais par contre, elles développent la navigation de course. Des corsaires port-louisiens se révèlent et de célèbres Malouins tels Duguay-Trouin, Danycan, Porée fréquentent Port-Louis ou s'y installent. De cette époque subsistent les maisons cossues des "Bourgeois de navires".