L'abbé Joseph Blarez
(1887 - 1940)
Historien de Port-Louis

Port-Louisien d’adoption, il est né à Lorient le 19 juin 1887 dans une famille de la bonne bourgeoisie, issu du côté de sa mère de la vieille noblesse poitevine, et, disait-il, du côté de son père, d’un descendant d’un soldat du premier Empire, d’origine espagnole qui était venu s’établir à Lorient.
 
Après avoir été ordonné prêtre en 1910, J. Blarez a fait deux années d’études couronnées par le doctorat de Théologie chez les Pères Dominicains à Rome. De retour dans son diocèse, il est nommé vicaire à Surzur. Il y reste quatre mois avant d’accepter le ministère paroissial à Port-Louis qui le rapproche de sa famille. D’emblée il s’intéresse à l’histoire de la ville et ses paroissiens peuvent la découvrir, mois après mois, à la simple lecture du bulletin paroissial, L’Écho de Notre-Dame de l’Assomption dont il s’est chargé.


La guerre de 1914-1918 vient interrompre ces activités et c’est sur le front que ce jeune prêtre exerce un tout autre sacerdoce. Mobilisé comme infirmier dans une ambulance du front, il passe bientôt sur sa demande au 65e régiment d’infanterie pour y remplir les fonctions d’aumônier bénévole et fait toute la campagne. Gazé devant Vouziers, il est décoré de la Croix de Guerre.

De retour à Port-Louis, l’abbé Blarez reprend son ministère et ses recherches.


En 1923, il est nommé premier vicaire de la cathédrale de Vannes. Il forme des religieuses et prend en charge le catéchisme des jeunes, puis se voit confier les œuvres féminines de la paroisse, en particulier les syndicats. Ensuite il devient prêtre diocésain des infirmières catholiques et des Fleurs de Lys. Il prend la direction de l’œuvre des malades, ainsi que des œuvres de presse et de lecture.
Il adhère à la Société Polymathique du Morbihan où il se montre très actif et s’impose par son érudition.


En 1935, il devient recteur de la nouvelle paroisse de Sainte Jeanne d’Arc à Lorient, avec la dignité de chapelain épiscopal. Il construit le clocher, muni de cloches électrifiées, fait poser le maître-autel, les stalles, les vitraux, le mobilier de la sacristie, et surtout, il transforme la vieille église Sainte-Brigitte en école de garçons, mettant en pratique la parole de Pie XI :

« Quand vous arrivez dans une paroisse, bâtissez d’abord une école avant de bâtir une église ;

et quand il faudra fermer quelque chose, fermez d’abord l’église,

et s’il le faut, vous fermerez ensuite l’école ».


Après deux années de rectorat, Joseph Blarez est promu en octobre 1937, chanoine honoraire, curé-doyen d’Hennebont, et recteur de la basilique Notre-Dame du Paradis. N’ayant rien à ajouter à la basilique dont la galerie ajourée venait d’être achevée, il l’orne de statues, embellit le square, fait électrifier les cloches, et s’attache à promouvoir le culte eucharistique et le culte marial. Il visite les écoles et soutient l’enseignement de l’Institution Notre-Dame du Vœu. Il crée un atelier professionnel dans l’école des garçons et des classes de pensionnat dans les locaux de l’hôpital.


« Homme de goût et esprit vif, écrivain distingué et conférencier très apprécié »,

c’est ainsi qu’il apparaît aux lecteurs de la revue de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, qui lui consacre une rubrique en 1941.

Parmi ses nombreux écrits, citons :

- Les Chevaliers de l’Arquebuse  et chevaliers du serpent d’or (1924) ;

- La citadelle de Port-Louis (1925) ;

- Un Corsaire Port-louisien, « La Toison d’Or » (1925) ;

- Armoiries et portraits des évêques de Vannes (1929 et 1931) ;

- Quelques manuscrits de la Chartreuse d’Auray ;

- une plaquette sur la basilique d’Hennebont (1939).


JBlarez

Le 19 mars 1940, à l’âge de 53 ans, il décède subitement dans sa paroisse pendant la préparation des fêtes de Pâques. Ses funérailles furent imposantes par l’affluence de ses paroissiens et des prêtres qu’il avait côtoyés. Il est enterré à Lorient, au cimetière de Carnel.

L’abbé Blarez avait deux frères, l’un commandant, l’autre commissaire de Marine.

  A. Pettorelli et M. Richard

Bibliographie

D’après plusieurs notices biographiques